navigation

Combat de Nelson Mandela 20 janvier 2014

Posté par abelk dans : Non classé , trackback

mandela1.bmpLe combat de Nelson Mandela peut être résumé à trois niveaux. D’abord, il se caractérise par une action politique non violente. Ensuite, il opte pour l’action politique violente, puisque les circonstances l’imposaient,  comme il le dit si bien lui-même: « on frappait aux portes, elles restaient fermées il fallait bien les ouvrirs ». Enfin, il revient à l’action non violente, son premier amour,  lorsque l’environnement politique était devenu favorable.

 mandela1prison.jpgLa lutte contre l’appartheid. En 1959, Mandela crée la branche armée du congrès national africain (A.N.C.). C’est ainsi que des actions violentes vont être menées: des pylônes électriques détruits, des usines et des ponts brûlés. A cela s’ajoute l’organisation des campagnes de violation des lois établies, afin de défier les autorités. A titre d’exemple, un membre de la branche armée, très souvent lui même Mandela, entrait dans un hôtel réservé aux blancs et de toute évidence cherchait à se faire arrêter. Dans les minutes voire les heures qui suivaient, plus d’une cinquantaine de  membres  de l’ANC faisaient exactement la même chose. A la fin de la journée, la police se retrouvait à gérer près de 3000 personnes sous arrestation.  

En janvier 1962, Nelson quitte l’Afrique du Sud sans autorisation. Il fait une tournée de près d’un semestre dans les pays africains et en Angleterre. A l’occasion, il profite de suivre un entraînement militaire en Ethiopie. A son retour dans son pays, il est arrêté pour sortie de manière clandestine du territoire national. Il se retrouve derrière les barreaux, condamné à purger une peine de cinq ans. Cependant, les charges vont s’envenimer avec la découverte par les autorités en 1963 du  quartier général de la branche armée de l’ANC ; ce qui aura pour incidence, une condamnation sévère et lourde des membres de la lutte armée : la perpétuité. C’est ce qui va expliquer que Mandela passera 27 ans de sa vie en prison. C’est cette histoire douloureuse faite de privations et de résistance qui a inspiré Bille August dans son film « Goodbye Bafana ».  goodbyebafana.jpg

mandelapdt.jpg Premier président noir de l’Afrique du sud. En 1990, les discussions sur la libération de Mandela aboutissent. Ainsi au mois de février, sur ordre du président de l’époque Frederick de Klerk, le prisonnier Mandela est officiellement libre. Quelques temps après sa libération, il surprend le monde entier en déclarant: « Et maintenant, nous devons tous créer une nation arc-en-ciel pour donner naissance à un monde nouveau ». Cependant, il a fallu attendre quatre années pour que l’un des objectifs de son combat politique se réalise: l’organisation des élections démocratiques en Afrique du Sud. Candidat de l’ANC, il est élu président de la république pour un mandat de cinq ans. Durant son mandat, il ne ménage aucun effort pour lier ses paroles à ses actes: l’établissement d’une « nation arc-en-ciel ».

Mandela est un grand homme de par son grand charisme, sa grande prestance et sa grande générosité indéniable. L’Afrique du Sud ne pouvait rêver mieux comme premier président noir car il a lancé indéniablement les bases d’un «vivre ensemble » durable entre blancs et noirs sans esprit de revanche et tout tourné vers l’avenir.  Les dirigeants africains devraient méditer sur son itinéraire politique et s’inspirer de sa capacité à bâtir la paix entre des communautés dont les opinions sur la conception de l’avenir divergeaient radicalement. En effet, avant la libération de Mandela, qui pouvait prédire un tel avenir pour l’Afrique du Sud, une cohabitation pacifique entre blancs et noirs même si les heurts ne manquent jamais. Pourquoi certains dirigeants africains sont-ils incapables de créer les conditions permissives d’une paix durable dans leurs pays ? Alors que Mandela, qui avait mille raisons historiques d’être revanchard, a été un apôtre de paix. 

Quel grand homme! Les gens devraient méditer les deux phrases suivantes : « Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé », «  En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant ». 
 Mon rêve est que les générations africaines actuelles et futures trouveront des successeurs à cet homme digne et illustre à plusieurs égards !! 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

JuristeG |
Argent et Réussite |
Brasilagora |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Francaisencolere
| Trouvonsmagali
| A site about hotel roma vic...